[3 mois en Asie du Sud-Est] Le sud du Vietnam

Charles et Charlène, deux adultes responsables et organisés… Jeudi 18 avril 2019 : à deux jours de notre passage au Vietnam, on se met enfin en quête d’un visa. Il faut dire que c’était tellement simple et rapide pour les pays précédemment visités ! Les démarches en ligne terminées, nous apprenons que nous recevrons la confirmation d’ici 3 jours ouvrés. Oups, notre bus est le surlendemain. Nous sommes en pleine période de fête du Nouvel An Bouddhiste. Croisons les doigts…

C’est loupé ! Nous décidons tout de même de nous rendre au poste frontière Bavet / Moc Bai car étant français, nous avons droit à une exemption de visa pour un séjour n’excédant pas deux semaines. L’attente est longue. Il fait très chaud. Le « chef de bord » se promène avec la pile des passeports de tous les passagers. Nous utilisons le wifi pour vérifier l’avancée de notre demande de visa toutes les cinq minutes. Toujours rien. Nous ré-embarquons avec notre exemption de visa.

Hô-Chi-Minh-Ville (anciennement Saigon) du 20 au 23 avril 2019

L’ambiance nous plaît. Notre premier sandwich « Banh Mi » aussi !

Un nouveau pays, c’est l’occasion de se faire arnaquer différemment ! Je rigole lorsqu’un vendeur de noix de coco fait porter son chargement à Charles. Ils commencent à discuter tranquillement en marchant puis le vendeur attrape une noix de coco, la découpe, enfile une paille et lui demande de payer 10 fois le prix. Le plus drôle restera tout de même les cireurs de chaussures de rue qui ont presque cirés les TONGS de Charles !

Nous allons visiter le Musée des vestiges de guerre, incontournable pour comprendre l’histoire du pays, de la guerre d’Indochine (1946-1954) à celle du Vietnam (1955-1975). Le musée exprime avec force et sans langue de bois la brutalité et les conséquences de la guerre.

La guerre du Vietnam trouve son origine dans la guerre d’Indochine (actuels Vietnam, Laos et Cambodge), conflit qui opposa la France à la Ligue pour l’indépendance du Vietnam. Ce conflit fit plus de 500 000 victimes. Il aboutit à la dissolution de l’Indochine, ainsi qu’à la sortie de l’Empire colonial français des pays la composant et à la division en deux États rivaux du territoire vietnamien :

Nous découvrons, horrifiés, des milliers de photos, d’objets, de documents.

Les reporters de guerre sont en effet autorisés sur le front, aux côtés des soldats. Le Vietnam devient la première et la seule guerre américaine sans censure, et les images inondent les écrans et journaux du monde entier. Vous avez probablement vu la photo d’une petite fille nue et hurlante, brûlée au napalm… Ce conflit est logiquement, pour les photographes, le plus meurtrier de tous avec 135 reporters tués.

Vers 1968, l’opinion publique américaine bascule alors que le conflit s’enlise. Les manifestations contre la guerre se multiplient dans le monde, en particulier sur les campus universitaires. Le mouvement est soutenu par des intellectuels et des artistes.

Le massacre de My Lai (16 mars 1968) est publiquement et internationalement exposé fin 1969 et ne fait que renforcer l’opposition à la Guerre. En bref, ce crime perpétré par l’armée américaine a fait entre 347 et 504 morts (hommes, femmes, enfants et nourrissons). Viols, mutilations, meurtres, etc. Pour en apprendre plus, cliquez ici and there.

Le nombre de bombes larguées par les Etats-Unis durant ce conflit fait froid dans le dos : 7,08 millions de tonnes de bombes ! Par comparaison, 3,4 millions de tonnes ont été larguées par l’ensemble des alliés sur tous les fronts de la Seconde Guerre mondiale.

Un étage du musée est dédié à l’agent orange, un défoliant contenant de la dioxine principalement répandu par avion au-dessus des forêts vietnamiennes ou sur des cultures vivrières. L’agent orange a provoqué plusieurs cancers, anomalies génétiques et maladies chroniques et continue d’en provoquer. Les descendants de la troisième et de la quatrième génération souffrent encore de pathologies liées à la dioxine et il n’est pas rares de croiser des personnes malformées.

Les combattants américains ont été dédommagés par les fabricants de l’herbicide (Monsanto, Dow Chemicals et autres) en échange de l’arrêt de toute poursuite. Les victimes vietnamiennes n’ont rien obtenu. En 2004, la justice américaine les a déboutées invoquant l’absence de lien de causalité entre certaines maladies et la dioxine. Les juges ont également conclu que l’agent orange n’étant pas un poison au regard du droit international, il n’y avait donc pas d’interdiction d’utiliser un herbicide. De plus, aucun protocole d’accord n’a pu être négocié avec les fabricants de l’Agent Orange. En 2018, la victoire de Dewayne Johnson (jardinier diagnostiqué d’un cancer incurable à cause du RoundUp) contre Monsanto a poussé le Vietnam à demander de nouveau aux fabricants de l’Agent Orange de dédommager les victimes…

Dans la cour du musée sont exposés des avions, chars, hélicoptères et autres canons américains. Il y aussi un reconstitution des geôles où étaient détenus les prisonniers vietnamiens, avec notamment des cages tigres et une guillotine.

Vous l’aurez compris… âmes sensibles s’abstenir. Pas sûr que ce soit une bonne idée d’enchaîner comme nous l’avons fait les mémoriaux sur le génocide cambodgien avec le musée sur la Guerre du Vietnam… Nous ressortons sonnés.

Ho Chi Minh c’est aussi l’occasion de découvrir :

Des quartiers avec des bâtiments au look français :

  • la cathédrale Notre-Dame par exemple. Les briques qui ont servies à sa construction ont été acheminées de Marseille. Il paraîtrait que la statue de la Vierge qui trône devant la cathédrale se soit mise à pleurer en 2005. Nous ne sommes pas autorisés à entrer parce que je porte un débardeur…
  • l’Opéra et son style Belle-Époque
  • la poste centrale signée Gustave Eiffel
  • l’immense marché Ben Thanh. A la nuit tombée, les étals emplis de contrefaçons envahissent les rues. C’est impressionnant de voir à quelle vitesse les stands sont montés et démontés, la marchandise transportée dans des armoires métalliques sur roulettes tirées ou poussées à moto !

Les quartiers d’affaires avec de grands bâtiments vitrés ultramodernes

Du sport de rue :

  • Admirer les joueurs de badminton de tout âge…
  • et ceux de dacau ou plumfoot. Le but du jeu est de garder un gros volant en l’air en utilisant n’importe quelle partie du corps sauf les bras et les mains.

Un concours de beauté en plein air, avec concerts et spectacles en tout genre…

De la nourriture différente : mon dîner d’anniversaire sur un rooftop avec une décoration végétale magnifique (après la traditionnelle chasse aux oeufs de Pâques), les marchés avec concerts où nous avons d’ailleurs retrouvé des amis Thononais qui terminaient leurs vacances, les buffets végétariens des moines bouddhistes…

Et bien sûr… le ministère de la sécurité et de l’immigration ! Et oui… les visas touristes tant attendus sont finalement arrivés ! Nous en avions besoin pour passer plus de deux semaines au Vietnam, notre vol pour Bangkok, partant de Hanoï approximativement dans 3 semaines. Après maintes recherches sur les forums et nombres de messages à des agences spécialisées visas, nous avons décidé :

  • de ne pas débourser la centaine de dollars demandée par les agences (sans obligation de réussite)
  • de ne pas passer une journée de bus pour retourner à la frontière cambodgienne où nous aurions de toute façon été déboutés car nous ne pouvions pas entrer de nouveau sur le territoire cambodgien avant trois mois, chose requise pour pourvoir ré-entrer au Vietnam avec un nouveau visa.
  • de ne pas se procurer des visas pour le Laos que nous aurions dû rejoindre en bus juste pour « faire le tour du poteau » et entrer avec nos nouveaux visas.

Nous avons tenté le tout pour le tout et après beaucoup d’attente, une histoire bien ficelée, une fiche remplie avec soin, nos passeports se retrouvent attachés à des dizaines d’autres avec un élastique en caoutchouc et jetés dans des caisses avec des centaines d’autres. Nous devons les récupérer à 16h30. A 18h, nous récupérons les passeports sans aucune explication, avec le tampon salvateur ! Le culot et la patience ont payé !

Mũi Né du 23 au 25 avril 2019

Courte étape pour visiter les dunes.

Les policiers de la ville sont connus pour amender les étrangers à scooter. Nous réservons donc un « tour » avec notre hôtel. Hop, dans le minibus au petit matin et c’est parti pour une belle journée ! Au programme : marcher pieds-nus dans les dunes « rouges », marcher pieds-nus dans les dunes blanches, marcher pieds-nus dans le ruisseau (fairy stream), et le marché des pêcheurs (chaussé celui-ci, il y a des limites à notre hippititude 😉 ).

Sinon, le village n’a pas grand intérêt : quelques hôtels milieu de gamme coincés entre la route et la mer pour clientèle russe ou adepte de kitesurf. De gros problèmes d’érosion : il n’y a presque plus de plage et elle ne donne pas envie de se baigner ! Du coup… quelques heure de farniente au bord de la piscine avec les rats !

Déception totale concernant la nourriture, pas un repas pour relever le niveau (j’ai cherché avec mes envies de sucre… mais rassurez-vous, le salé n’était pas meilleur).

Đà Lạt du 25 au 27 avril 2019

On se sent bien à Dalat. Comme avant nous, les colons français… La ville est d’ailleurs surnomée le « Petit Paris ». Regardez les photos, il y a même une réplique de la Tour Eiffel !

Située à 1500 mètres d’altitude, Dalat jouit d’un climat doux et clément (serres aidant) qui lui permet d’avoir une grande variété de cultures, de fleurs et de fruits. Fraises, roses et café ont la cotte.

Nous louons un scooter une journée pour explorer les environs et nous usons nos semelles les jours suivants.

Outre le plaisir simple de découvrir de nouveaux paysages et une nouvelle ville sans griller sous un soleil de plomb, voici un résumé de ce que nous avons vu, mangé, fait ou aimé :

  • Me Linh Coffee Garden : un plantation de café très belle, très « hipsterisée » où nous avons, comme la jeunesse dorée vietnamienne, fait de photos. Puis nous sommes arrivés aux cages des civettes palmistes… Dans les excréments de ces animaux nourris à outrance et clairement maltraitées, sont récupérés les grains, non digérés mais naturellement fermentés, de kopi luwak, le café le plus cher du monde. Après séchage et torréfaction, ils donnent un breuvage moins amer que le café traditionnel avec un goût caramélisé ou chocolaté. Nous sommes donc repartis les mains vides…
  • Une ferme d’insectes avec dégustation à la clé.
  • Les cascades, Elephant Waterfalls : très belles avec la possibilité de (presque) passer derrière le mur d’eau
  • Le paisible lac de Tuyen Lam
  • La Crazy House, Maison Folle ou Hằng Nga Guesthouse : un mélange architectural assez dingue entre Gaudi et Disney… Sac de noeuds d’escaliers, tunnels, ponts, tours. Agréable en fin de journée alors que le soleil se couche sur la ville.
  • La gare de Dalat, réplique de la gare de Deauville. Ca tombe bien, on n’est jamais allé à Deauville !
  • Le marché de nuit comme d’habitude
  • Du très bon jazz accompagné d’un verre de vin au Escape Bar
  • Notre chambre d’hôte (LemonGrass Homestay), le resto végé (Chau Full Moon) , et le café le plus noir de notre vie.

Le voyage commence à toucher à sa fin (comment ces trois mois sont-ils passés si vite?!) et nous décidons de continuer notre route vers le Nord.

2 réponses sur “[3 mois en Asie du Sud-Est] Le sud du Vietnam”

    1. Coucou, merci pour ton commentaire. Je viens de le voir, je ne savais pas que tu avais lu l’article… contente que tu aies apprécié 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *