[Série Parcs Nationaux Américains] #3 Grand Teton National Park

Lieu
Wyoming, Etats-Unis

Superficie
1 300 km2  

Secteur(s) visité(s)
Tous les secteurs accessibles par les routes goudronnées, Teton Park Road et la 191, donc la grande majorité !

Cliquez ici pour obtenir la carte du parc.

Combien de temps et quand ?
Six jours mi-septembre

Pourquoi ?
Parce que c’est juste au Sud de Yellowstone et les hautes montagnes, dont le Grand Teton qui culmine à 4 197 m, nous faisaient de l’œil.

Météo
Ensoleillé et chaud la journée

Activités
Randonnées : 
– Boucle Taggart Lake et Bradley Lake (une dizaine de km) : une jolie petite rando guidée par un ranger à l’aller. L’avantage c’est que l’on apprend pas mal de choses, par exemple que certaines roches trouvées ici datent d’il y a 2,7 milliards d’années et sont donc les plus anciennes de tous les parcs nationaux. Le désavantage, c’est que l’on se traîne vraiment !

– A/R Surprise et Amphiteather Lakes (14,5 km, 897 m de dénivelé positif, altitude max 2956 m) : ce n’est pas la grande forme pour moi et la montée est plus que laborieuse mais le spectacle des sommets se reflétant dans l’eau calme des lacs vaut bien ces quelques efforts ! 

-Boucle Paintbrush et Cascade Canyons (32 km, 1212 m de dénivelé positif, altitude max 3261 m) : c’est un défi, une longue boucle en haute montagne deux jours seulement après la galère des lacs ci-dessus… Nous nous levons tôt pour prendre un bon petit déjeuner à la lampe frontale emmitouflés dans nos doudounes, préparer le pique-nique et les sacs pour un départ à 7h. Charles est ultra motivé et m’empêcherait presque de me laver les dents pour ne pas prendre de retard ! Les conditions météorologiques sont parfaites. Pas de risque orageux, ce qui est primordial lorsque l’on randonne dans des zones exposées, sans mise à l’abris possible. Nous évoluons à travers les paysages spectaculaires du Canyon Paintbrush accompagnés par les marmottes et les pikas et probablement observés par des grizzlis qui se bouchent les oreilles (« la la la » et oui, il faut faire du bruit pour éviter de les croiser…). Des plaques de neige ont passé l’été, brrrr il fait froid au sommet ! On descend jusqu’au lac Solitude pour gagner quelques degrés et dévorer nos sandwichs. Les quelques personnes que nous croisons, qui ont toutes bivouaquées, sont bien bavardes… hé ho, on n’a pas le temps, on le fait en une journée nous ! Au final, nous nous sentons bien et sommes largement dans les temps. Nous prenons le temps d’observer un couple d’orignaux et leur petit. A 16h50, c’est avec de grands sourires de satisfaction que nous retrouvons Cheezy.

– Boucle Moose Pond (5 km) suivie de l’A/R pour la cascade d’Hidden Falls (6 km) : on était partis pour une courte balade mais comme d’habitude, les panneaux nous encouragent à aller voir la prochaine attraction… Un orignal mâle nous coupe la route pour descendre à l’étang où nous avions déjà observé une femelle. Charles capture de magnifiques clichés.

« Safari » ou Caravan Tour :
Il s’agit d’un programme éducatif gratuit dispensé par les Rangers. En fin de journée, cinq voitures préalablement inscrites suivent un ranger pour découvrir les animaux du parc et en apprendre plus sur leur mode de vie. Comme il n’y a plus de place pour Cheezy, nous embarquons dans le véhicule d’un couple du New Jersey. La caravane s’arrête à quatre endroits et nous observons les antilopes d’Amérique, des wapitis qui brament, un orignal (repéré par mes yeux de lynx 😉 ) qui joue à cache-cache à l’orée du bois, pas de castors mais leurs maisons et leurs traces de dents et enfin, l’un de nos plus beaux couchers de soleil !

Farniente :
On a pris le temps de lire sur la plage de String Lake, de cuisiner au bord de l’eau de Jackson Lake, de visiter la ville de Jackson à 1/2h et j’ai enfin osé dormir au sein du parc ce qui nous a évité quelques kilomètres ! On s’est garé à l’entrée d’un sentier éloigné où les gens partent pour deux jours au moins et laissent donc leur véhicule pour la nuit… ni vu, ni connu !

Ce que l’on a moins aimé
Arriver devant la piscine de Jackson pour prendre une douche amplement méritée et lire « Fermée pour cause de compétition ». Boarf, un jour de plus, un jour de moins…
La nuit qui tombe de plus en plus tôt, pas super agréable quand on vit dans une voiture. 

Ce que l’on a préféré
La tête des touristes chinois et autres lorsque l’on a pris notre photo seins nus devant le panneau « Grand Teton » à l’entrée du parc !
Le  resto de Jackson « Thai Me Up », tellement bon qu’on y est allé deux fois !
Les arches dans la ville fabriquées en bois de wapitis.
Observer des orignaux de très près sachant que c’était probablement les derniers de notre voyage en Amérique du Nord.

Le coin des anecdotes
Grand Teton, mais c’est quoi ce nom ? Au début du 19ème siècle, les trappeurs canadiens-français appelèrent cette chaîne de montagnes les trois tétons pour une ressemblance (on sait, il faut avoir de l’imagination), à l’anatomie féminine. Le nom du parc et de son plus haut sommet (Grand Teton, 4 198 m) fait aujourd’hui bien rire les francophones du monde entier !

La marmotte noire que vous verrez sur les photos est très rare mais lorsque nous l’avons rencontrée, nous n’étions pas du tout  conscients de notre chance ! Il s’agit en fait de la même espèce que les autres marmottes en photos, les marmottes à ventre jaune. Seulement la marmotte noire est atteinte de mélanisme, un excès d’origine génétique de la production de mélanine, pigment de couleur noire. L’inverse de l’albinisme ! 

La chaîne des Tétons est la plus jeune chaîne de l’ensemble des montagnes Rocheuses. Elle s’est formée il y a « seulement » six à neuf millions d’années.

Visuellement parlant, la chaîne des Tétons est spectaculaire car il n’y a pas de transition entre les plaines environnantes et les montagnes. C’est plat et BAM, les sommets se dressent telle une muraille ! 

La question de fin d’article ! Comme il n’y a pas de questions bêtes, il n’y a pas de réponses bêtes. Attention, toute recherche avant de taper votre réponse dans les commentaires est proscrite et nous vous dévoilerons les réponses dans le prochain article.

1. Les pikas, ces petites boules de poils rapides comme l’éclair et mignonnes comme tout, sont les cousins des :
a. Marmottes
b. Lapins
c. Souris

Et les photos pour mettre des images sur les mots :

Les réponses aux questions du dernier article ! Félicitations à Mélanie et Stéphane qui ont eu tout juste 😀

1. D’où vient le mot « buffalo » qui signifie « buffle » mais que la majorité des américains utilisent pour dire « bison » ? De la langue française ! Les explorateurs français utilisaient le mot « boeuf » et les américains ont adopté le terme en le modifiant quelque peu. De boeuf, nous sommes passé à buffalo, prononcé « boeuf à l’eau ». Ecoutez donc Bob Marley pour améliorer votre prononciation : Buffalo Soldier

2. Yellowstone est-il le plus grand parc national américain ? Et bien, non ! Wrangell-St. Elias National Park and Preserve, en Alaska est le plus grand. C’est là-bas que nous avions passé quelques jours dans le chalet d’Arlene et Danny. Pour revivre ce moment, cliquez ici. Au sein des États-Unis contigus, c’est-à-dire les états situés entre la frontière avec le Canada et la frontière avec le Mexique, c’est le Parc National de la Vallée de la Mort qui s’empare de la première place en 1994.

Une réponse sur “[Série Parcs Nationaux Américains] #3 Grand Teton National Park”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *